Digna

Rencontrez Digna

À propos de Digna

  • Mission, objectifs et approche
  • Ce que Digna offre
  • L'histoire de Digna
  • Pourquoi Digna ?

Coopération Canada accueille Digna, le Centre canadien d'expertise sur la prévention de l'exploitation et des abus sexuels (PSEA), financé par Affaires mondiales Canada.

Mission

Digna vise à contribuer au changement de culture organisationnelle au sein de la communauté canadienne de la coopération internationale en fournissant des formations, des ressources en ligne et des services de consultation pour l'adoption de meilleures pratiques tenant compte de la dimension de genre dans le but ultime de prévenir l'exploitation et les abus sexuels dans les opérations et les partenariats, en particulier pour les femmes et les filles.

Objectif

Notre objectif est d'aider les organisations humanitaires et de développement international canadiennes à améliorer leur capacité à appliquer la PEAS, y compris envers les participants à leurs programmes - en particulier les femmes et les filles. Nous visons à accroître la sensibilisation, l'accès et l'utilisation des politiques et des bonnes pratiques de PEAS qui tiennent compte du genre.

Nous encourageons et voulons soutenir les organisations du secteur à s'engager en faveur de la PEAS, notamment par le biais de l'engagement des leaders de Cooperation Canada à prévenir et à traiter les cas d'inconduite sexuelle, de l'adhésion aux directives internationales et des efforts continus pour adopter de bonnes pratiques qui informent les politiques, les procédures et les partenariats. 

Approche

Digna adopte une approche féministe de la PEAS : la formation, les ressources et le soutien sont fondés sur des approches inclusives, intersectionnelles et basées sur les droits de la personne, qui favorisent l'égalité des genres et visent à améliorer notre capacité collective à reconnaître les déséquilibres de pouvoir et à y remédier. Digna valorise la co-construction collective. Le Centre s'acquitte de son mandat grâce à des partenariats féministes avec des membres du développement international et du secteur humanitaire, des organisations de défense des droits des femmes, des survivants et autres.

Ressources

Le site web de Digna permet d'accéder à divers matériels pour soutenir la prévention de l'exploitation et des abus sexuels (PEAS) dans le secteur du développement international et de l'humanitaire. Il s'agit notamment de :

  • Documents et ressources produits par Digna et d'autres organismes
  • Base de données des ressources de la PEAS, y compris :
    • Prestataires de services et experts

Opportunités d'apprentissage 

Digna propose des formations aux organismes canadiens.

Il s'agit notamment de webinaires, de formations en ligne et, à l'avenir, de cours d'apprentissage en ligne. 

Les opportunités en personne comprennent des ateliers de développement des capacités et la conférence nationale annuelle de Digna (que Digna prévoit de reprendre une fois que cela sera possible à la lumière de la pandémie de COVID-19).   

Digna utilisera des approches alternatives, y compris des méthodes de formation des formateurs et une solide plateforme d'apprentissage en ligne, afin de garantir que nos ressources et produits de renforcement des capacités soient accessibles à tous de manière égale.

Communauté  

Digna fait activement la promotion de l'Engagement des leaders de Cooperation Canada sur la prévention et le traitement de l'inconduite sexuelle dans le cadre de l'engagement du secteur envers la PEAS. Les signataires sont présentés sur les site Web de Digna.

Digna continue de compiler des informations sur les points focaux de la PEAS dans le secteur du développement international et de l'aide humanitaire au Canada. Elle prévoit de rendre cette information accessible au public par le biais de sa base de données et offre également des possibilités d'apprentissage par les pairs, de partage de l'information et d'action collective entre les points focaux de la PEAS. Faites-vous partie des personnes-ressources qui aident à la prévention des inconduites sexuelles dans votre organisme ?

Digna lancera une série de communautés de pratique liées à différents aspects de la PEAS en 2021. Les communautés de pratique de Digna sont des groupes de personnes qui partagent des valeurs et des préoccupations communes sur la PEAS et qui se réunissent pour atteindre des objectifs individuels et collectifs. Elles visent à partager leur expertise et leurs meilleures pratiques pour contribuer à la PEAS dans le secteur de la coopération internationale. Elles interagissent de manière continue, lors de réunions en face à face ou dans des environnements collaboratifs basés sur le Web, pour communiquer, se connecter et mener des activités communautaires.

Digna soutient plusieurs communautés de pratique liées à la PEAS dans le cadre de la coopération internationale. Plus de 80 points focaux organisationnels ont été identifiés, et un travail a été effectué pour engager et connecter les directeurs exécutifs. Dans les mois à venir, Digna lancera un portail en ligne sur ce site, qui fournira des outils de discussion et de mise en réseau confidentiels aux utilisateurs inscrits.

Enfin, Digna joue un rôle important dans la mise en relation des organisations canadiennes avec l'expertise et les initiatives mondiales. Il s'agit notamment de faciliter les possibilités d'apprentissage avec et par des partenaires mondiaux et de mettre les organisations canadiennes en contact avec des experts internationaux lorsque cela est possible.

Soutien aux survivant-e-s

Digna n'est pas un centre de soutien aux survivant-e-s, et ne peut offrir d'intervention, de conseil juridique, ou servir d'agence de signalement au nom des survivant-e-s. Cependant, notre mandat inclut l'examen de la faisabilité de la mise en place de services de soutien à l'avenir. En outre, Digna a produit et continuera de produire des ressources qui fournissent des informations sur les services de soutien à la fois aux survivant-e-s et aux organisations canadiennes. De plus, une liste de ressources et de professionnels canadiens identifiés qui peuvent offrir des services de soutien sera publiée sur ce site dans les mois à venir. Si vous êtes une personne qui peut offrir ces services et souhaitez être ajouté à la base de données, veuillez nous contacter

Nous encourageons toute personne ayant été victime ou ayant connaissance d'une exploitation ou d'un abus sexuel dans le cadre des programmes d'une organisation canadienne à le signaler en suivant les protocoles de signalement de cette organisation.r abuse in the programming of a Canadian organization to report it through the reporting protocols of that organization. 

En avril 2018, Coopération Canada a invité des représentants de ses divers membres à former un Comité directeur sur la prévention et la réponse aux inconduites sexuelles. Lors de ses premières réunions, le Comité directeur a défini son mandat de manière à inclure le soutien au secteur élargi du développement et de l'humanitaire dans l'identification et la mise en œuvre des meilleures pratiques et l'obtention de ressources pour maintenir ce travail.

Au cours des mois suivants, le comité directeur a rédigé le " Leaders Pledge " et obtenu l'engagement de plus de 100 leaders d'organisations à promouvoir des cultures de PEAS au sein de leurs organisations. Il a également renforcé les liens entre les organisations de la société civile représentées par Coopération Canada et le groupe de travail sur la prévention de l'exploitation sexuelle au sein d'Affaires mondiales Canada.

Au printemps 2019, Coopération Canada a soumis une proposition à Affaires mondiales Canada, au nom et en collaboration avec le Comité directeur, afin de s'associer au développement d'un centre de ressources pour faciliter la coordination de la PEAS dans l'ensemble du secteur. Avec le soutien d'Affaires mondiales Canada, à l'automne 2019, Cooperation Canada a commencé à développer Digna.

Le mot "Digna" signifie "digne" en latin. Les organisations humanitaires et de développement canadiennes visent à être dignes de la confiance que leur accordent les citoyens canadiens, notre gouvernement et nos millions de bénéficiaires dans le monde. Digna veut être là pour soutenir cette volonté du secteur canadien.

Ce dernier est diversifié et comprend des organismes de toutes tailles : de petits groupes opérant avec l’engagement d’un ou deux bénévoles seulement, aux grandes organisations caritatives enregistrées disposant de plusieurs bureaux et de centaines d’employés; des groupes qui se concentrent sur une seule clinique de santé, école ou orphelinat, aux agences de développement multidisciplinaires et aux ONG humanitaires d’intervention rapide. Cette diversité est représentée par la variété des tailles et des couleurs des cercles, regroupés en un cercle plus grand pour évoquer le mouvement et la synergie, avec un espace laissé ouvert — un espace pour celles et ceux qui doivent encore s’y joindre, une ouverture pour les influences au-delà de notre nation et de notre secteur, et une reconnaissance que le travail n’est jamais terminé.

Notre équipe

Aislynn Row

Gestionnaire du programme Digna

Aislynn se fait l’apôtre de l’égalité des genres et défend ardemment la transformation des systèmes et des structures en des lieux plus inclusifs et opérants. Aislynn est titulaire d’une maîtrise en gestion du développement de la London School of Economics. Son champ d’études a porté sur la dimension du genre en contexte d’aide humanitaire chez les réfugiés, notamment dans les services liés à la santé et aux droits sexuels et reproductifs des réfugiés syriens dans les pays d’accueil. Aislynn a occupé des postes exigeant de plus en plus de responsabilités à Entraide universitaire mondiale du Canada au cours de ses trois années et demie de service pour cet organisme. Elle a notamment contribué à l’amélioration des systèmes et outils communs de l’organisme et du Centre canadien d’étude et de coopération internationale pour assurer le recours aux pratiques exemplaires dans la gestion, le suivi et l’évaluation de la gestion des programmes de coopération bénévole. Depuis son entrée en poste en 2019 à titre de coordonnatrice du Réseau d’intervention humanitaire du Canada hébergé par Coopération Canada, Aislynn a mis à profit son expérience et est devenue la personne-ressource principale de ce réseau.

Noelia Ruiz

Agente du programme Digna

Noelia est une professionnelle du développement international qui se passionne pour l’égalité des genres et l’amélioration de la vie des individus. Grâce à elle, des femmes du Myanmar se sont approprié le pouvoir d’agir et des réfugiés syriens se sont intégrés à la société canadienne. Noelia a acquis une expérience approfondie du soutien de programmes, de la recherche et des communications. Elle a auparavant été assistante de programme au Coopération Canada et pour le compte du programme Prochaine génération pour le développement de l’Association canadienne d’études en développement international. Elle a aussi été conseillère en matière de genres pour Cuso International à Yangon, au Myanmar et chercheure pour le compte de la Banque interaméricaine de développement à Washington D.C. Noelia est titulaire d’une maîtrise en affaires internationales avec spécialisation en politiques du développement international de la Normal Paterson School of International Affairs de l’Université Carleton. Elle a conçu et développé le site Web de Digna.

Le comité consultatif de Digna

Le comité consultatif de Digna se réunit trimestriellement pour fournir un soutien et des conseils à l’équipe et pour coordonner les efforts des groupes de travail.

Michaël Arnaud

Michaël vient du secteur de l'humanitaire et du développement international. Depuis 2020, il occupe le rôle de directeur exécutif à Égides, une alliance internationale francophone d'organisations et de groupes de la société civile soutenant et promouvant les droits LGBTQI+ dans le monde. Il est également l'ancien directeur associé d'Action contre la Faim au Canada pour l'égalité des genres et la violence fondée sur le sexe, fournissant une direction stratégique et technique au niveau international pour l'intégration des questions de genre et la prévention de la violence fondée sur le sexe dans les programmes d'aide. Promoteur déterminé d'une approche centrée sur les personnes et la diversité, il a continuellement plaidé pour une meilleure sensibilisation aux relations de pouvoir, à l'oppression et à la nécessité de soutenir la voix des plus marginalisés dans toutes les organisations pour lesquelles il a travaillé. Titulaire d'un master en droit international humanitaire, il travaille depuis 10 ans sur les questions de genre, d'égalité, de diversité et de violence fondée sur le sexe dans divers contextes, notamment au Burkina Faso, en Haïti, au Vietnam et dans le territoire palestinien occupé. Il soutient aussi activement les droits des LGBTQI+ par le biais de divers rôles bénévoles dans les communautés. Michael est membre du groupe de travail sur le leadership de Digna depuis 2020.

Mounia Chadi (Co-Présidente)

Mounia est sociologue spécialisée en égalité des genres. Elle détient un doctorat en sociologie et une maitrise en sciences économiques. Elle a été la coordonnatrice du projet de « Partenariat de lutte contre la violence faite aux femmes immigrées et racisées au Québec » au sein de la TCRI (la Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes) et a réalisé deux études communautaires sur les femmes immigrées et racisées. Elle a conçu des outils adaptés pour l’intervention auprès des femmes immigrées et racisées victimes de violence et a animé des formations auprès des intervenantes du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale (RMFVVC). Journaliste pendant 20 ans et auteure-metteure en scène de théâtre depuis quelques années. Elle est récipiendaire du prix « Art et Culture » du Gala Femmes arabes du Québec, pour ses écrits littéraires et sociaux sur les femmes en état d’immigration. Dans son pays d’origine, le Maroc, elle a été fondatrice et première présidente de la Ligue démocratique des droits des femmes.

Jim Cornelius

Jim dirige depuis plus de vingt ans la Banque de céréales vivrières, un partenariat de quinze églises canadiennes et d'agences confessionnelles qui collaborent pour éradiquer la faim dans le monde. La Banque finance des programmes humanitaires et de développement mis en œuvre par ses membres et par plus de cent partenaires dans le monde entier. Il s'efforce de trouver les meilleures façons de prévenir et de traiter l'exploitation et les abus sexuels en travaillant en réseau.

Dre Zosa De Sas Kropiwnicki-Gruber

Zosa est directrice des politiques et spécialiste du genre au Conseil de la Colombie-Britannique pour la coopération internationale. En 2007, elle a obtenu un doctorat en études du développement international de l'université d'Oxford à la suite de ses recherches ethnographiques sur l'exploitation sexuelle des adolescentes en Afrique australe. Au cours des vingt dernières années, Zosa a travaillé pour plusieurs organisations des Nations unies et organisations non gouvernementales internationales, ainsi que pour leurs partenaires locaux. Elle a participé à la conception, à la mise en œuvre et à l'évaluation de projets visant à prévenir ou à combattre les abus sexuels, l'exploitation et la traite des enfants ainsi que des femmes en Europe du Sud-Est, en Asie centrale, en Afrique de l'Ouest et en Afrique australe. Elle a également publié de nombreux articles sur ces sujets. Zosa a travaillé dans des contextes de développement, d’intervention humanitaire et de transition la majeure partie de sa carrière. Elle réside actuellement en Colombie-Britannique, sur les territoires autochtones traditionnels, ancestraux et non cédés des peuples Musqueam et Squamish. Au sein du Conseil de la Colombie-Britannique pour la coopération internationale, Zosa a dirigé l'élaboration et la mise en œuvre de stratégies et de ressources intersectionnelles en matière d'égalité des genres et de PEAS, ainsi que des activités connexes de développement des capacités et d'engagement du public. Par le biais du plaidoyer, de l'engagement public et du développement de relations, Zosa a contribué à l'avancement de politiques et de programmes décoloniaux, intersectionnels et transformateurs qui ciblent les causes profondes de la violence, de la discrimination et de l'exclusion sociale, tout en favorisant les compétences, l'inclusion et la propriété des communautés marginalisées et sous-représentées. Zosa est également membre du conseil d'administration de Femmes canadiennes pour les femmes en Afghanistan (CW4WAfghan).

Tracey Foster

Tracey a travaillé récemment comme directrice des ressources humaines chez Cuso International à Ottawa. Elle a travaillé dans le secteur caritatif pendant près de trente ans et a une bonne compréhension des défis, des opportunités et des réalités de ce secteur. Elle comprend également l'importance des politiques et des procédures de gestion globale des ressources humaines pour assurer l'efficacité organisationnelle et améliorer l'expérience des effectifs. Elle aide actuellement les petites et moyennes organisations dans ce domaine en tant que consultante indépendante. Auparavant coprésidente du Comité directeur pour la prévention de l'inconduite sexuelle du Coopération Canada, elle a été active dans ce comité pendant près de deux ans. Elle a également été membre du conseil d'administration de Volunteer Ottawa et a été trésorière et vice-présidente du centre de santé communautaire de Carlington. Titulaire d'une maîtrise en leadership et d’une formation de l'Université Royal Roads, elle est responsable certifiée des ressources humaines depuis plus de dix ans. 

Ian Hamilton (Co-Président)

Ian a été nommé directeur général d’Equitas en janvier 2004. Il est responsable du développement et de la mise en œuvre de l’orientation stratégique ainsi que des opérations quotidiennes de l’organisme. Il a d’abord occupé pendant cinq ans le poste de directeur des programmes, contribuant ainsi à la création des programmes durant cette période. Il a rejoint Equitas en 1997 en tant que directeur du programme des institutions nationales. À ce titre, il était responsable des projets de renforcement des capacités pour des commissions nationales de droits humains, particulièrement en Asie. Avant son entrée en poste à Equitas, il a travaillé pendant seize mois à Bangkok pour aider le Comité de coordination des organisations de droits humains de la Thaïlande à créer une commission nationale des droits humains. De 1992 à 1995, il a occupé différents postes, notamment celui d’agent de programme de l’Asie pour le Centre international des droits de la personne et du développement démocratique (Droits et Démocratie) de Montréal. Il est titulaire d’un baccalauréat en histoire de l’Université de Toronto obtenu en 1990. En 2016, il a été nommé pour un mandat de deux ans au conseil d’administration du Conseil canadien pour la coopération internationale.

Katelynne Herchak

Kate est le responsable de la gouvernance indigène de VIDEA. Kate a une formation en travail de soutien aux familles autochtones et termine actuellement son diplôme en études de justice à l'Université Royal Roads. Kate est située sur le territoire traditionnel et non utilisé du peuple parlant Lkwungen. Kate est inuite du côté de son père, originaire de Kuujjuaq, au Québec, avec des liens avec le Nunavut, et celte et viking du côté de sa mère. Elle est une ancienne élève du Youth As PeaceBuilder's Forum 2017 de l'ACNU ainsi que du programme du Corps de service canadien où elle a eu l'occasion de participer à la COP25. Kate porte plusieurs chapeaux en dehors de VIDEA, elle est la vice-présidente du Comité consultatif jeunesse de la Commission canadienne pour l'UNESCO, membre du Pauktuutit National Inuit Women's Youth Gender Equality Council et présidente par intérim du National Urban Inuit Youth Council. Kate est passionnée par la décolonisation de l'éducation et l'intégration des systèmes de connaissances et des perspectives indigènes dans les espaces pour créer des relations et des changements significatifs.

Shannon Kindornay

Shannon est la Directrice du Recherche, politique et pratique au CCCI. Shannon Kindornay a travaillé pendant dix ans au sein du « nexus recherche-politique » en développement international. Avant de se joindre au CCCI, elle a bâti une entreprise de consultation indépendante consacrée à répondre aux besoins de recherche et d’analyse des politiques de la société civile canadienne et internationale, et des institutions internationales, telles que l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques. Shannon est également professeure auxiliaire de recherche à la Norman Paterson School of International Affairs de la Carleton University et a précédemment occupé le poste d’analyste principale pour la Canadian International Development Platform. Shannon a commencé sa carrière en tant que chercheuse à l’Institut Nord-Sud (INS). Pendant son séjour à l’INS, Shannon a mené l’élaboration du portfolio relatif au rôle du secteur privé dans le développement, a géré des partenariats de recherche orientés sur les politiques avec des organisations au Canada et dans le monde, et a produit de nombreux rapports, publications révisées par des pairs et commentaires sur un éventail d’enjeux politiques. Shannon est diplômée de la Carleton University et de la Wilfrid Laurier University.

Brianna Long

Brianna est passionnée par la santé et les droits sexuels et reproductifs, la PEAS, et la défense du travail du sexe, le tout renforcé par ses études, son expérience de bénévole dans des cliniques de lutte contre le sida, et en tant que travailleuse de soutien dans des logements pour personnes atteintes de troubles mentaux. Elle est fière de faire partie de l'équipe VIDEA, où elle travaille en tant que Chargée de Programme Genre et Diversité. Le rôle de Brianna à VIDEA consiste à réviser les politiques de harcèlement, à intégrer des méthodologies féministes et indigènes dans les programmes et les activités, et à rédiger une nouvelle politique sur le PEAS et le travail du sexe. Elle est titulaire d'un diplôme de premier cycle de l'Université Dalhousie en sciences politiques et en études du développement international et est actuellement étudiante en maîtrise à l'Université de Victoria. Brianna poursuivra ses études l'année prochaine à l'Université Carleton pour obtenir un doctorat en sciences politiques, où elle continuera à s'attaquer à l'inégalité des sexes et à sa relation avec le rôle de la politique étrangère canadienne en Afrique subsaharienne. Elle se spécialisera dans les relations internationales et le genre et la diversité.

Ashley Major

Ashley est un avocat basé à Toronto, Ontario. Elle travaille comme associée de recherche au programme international des droits de l'homme de la faculté de droit de l'université de Toronto, et comme consultante au sein du réseau Thinking Forward. Elle est spécialisée dans les questions de droit pénal et de violence sexiste. Ashley a fait un stage au ministère du procureur général, au Crown Law Office - Criminal. En 2019, elle a obtenu une maîtrise en droit international public, spécialisée en droit pénal international, à l'Université de Leiden, aux Pays-Bas. En plus de son travail, Ashley est bénévole en tant que membre consultatif pour la clinique Barbra Schlifer, le réseau des droits des femmes sans statut et Digna.

Geneviève Némouthé

Passionnée de justice sociale, Geneviève apporte à sa pratique plus de quinze ans d'expérience en santé communautaire et en gestion de projets, tant au Canada qu'en Afrique subsaharienne. Elle occupe présentement le poste de spécialiste en droits des femmes et du genre à CARE Canada, où elle soutient la programmation au sein de l'Unité de santé mondiale, veillant à ce que les projets visent à favoriser une plus grande justice de genre tout en agissant sans nuire. À ce titre, elle vise à promouvoir et à maintenir une culture organisationnelle qui fait progresser l'égalité des genres, réduit les abus de pouvoir et les inégalités, et favorise la confiance et la sécurité sur le lieu de travail, dans les programmes et dans les communautés où CARE travaille. Elle est particulièrement désireuse d'explorer ces questions, car notre secteur doit continuer à se remettre en question sur la décolonisation et viser à établir de véritables partenariats avec les actrices et acteurs locaux. Avant de rejoindre CARE, Geneviève a passé de nombreuses années en Afrique de l'Ouest dans des rôles d'assistance technique soutenant les organisations partenaires de la société civile dans leurs actions en faveur de la justice de genre et de la santé et des droits sexuels et reproductifs, tant dans des contextes de développement qu’humanitaires. Elle possède également une expérience avérée sur le travail de changement social et sur la recherche qualitative fondée sur l’analyse féministe intersectionnelle. Geneviève est titulaire d'une maîtrise (M. Sc.) en santé communautaire

Rameesha Qazi​

Rameesha est une organisatrice communautaire et une experte en genre qui se passionne pour la protection des femmes et des filles contre toutes les formes de violence. Elle a travaillé pour de nombreuses organisations afin d’intégrer l’égalité des sexes dans les programmes et a élaboré des études de cas, des politiques, des procédures et des manuels MHM/SRHR. Au Canada, elle a fait du bénévolat dans les Forces armées canadiennes pour améliorer l’adoption des protocoles GBA+ et a été consultante en projets spéciaux pour GlobalMedic mettant en œuvre des solutions durables en matière d’eau potable pour les réfugiés à Cox’s Bazaar. Elle a travaillé en tant que conseillère pour l’égalité des sexes au Moyen-Orient et en Afrique de l’Ouest, élaborant des programmes d’éducation, des ressources, des politiques, élaborant des stratégies de genre, mettant en œuvre des programmes de prévention de la VGB et mettant en œuvre des campagnes de plaidoyer pour protéger les filles contre les MGF. Elle est actuellement coprésidente du Groupe de travail sur les services de soutien aux survivants et coprésidente du Groupe de travail sur les jeunes au DIGNA, - elle est un élément clé de plusieurs projets, y compris l’élaboration d’une base de données sur les ressources de soutien aux survivants pour tous les pays qui reçoivent l’aide du GAC. Par-dessus tout, elle croit qu’il est en mesure d’habiliter les survivants à accéder aux ressources et à prendre des décisions qui, selon eux, appuieront le mieux leur santé et leur bien-être.

Lauren Ravon

Lauren Ravon est la directrice générale d'Oxfam Canada. C'est une féministe engagée et une militante de la justice sociale qui possède plus de 15 ans d'expérience en développement international. Lauren travaille pour Oxfam Canada depuis 2011, occupant plusieurs rôles - notamment celui de directrice des politiques et des campagnes - et travaillant sans relâche pour placer les droits des femmes au cœur de la confédération mondiale Oxfam. Avant de se joindre à Oxfam, Lauren a travaillé au Centre international des droits de la personne et du développement démocratique, où elle était gestionnaire de programme pour les Amériques et supervisait le bureau du Centre et la programmation des droits de la personne en Haïti. Elle a également travaillé sur des programmes de lutte contre la violence sexiste et de promotion des droits sexuels et reproductifs avec Planned Parenthood Global et l'International Rescue Committee. Lauren a mené des recherches approfondies sur les politiques et a fait campagne sur les questions de justice alimentaire, d'égalité économique des femmes, de santé et de droits sexuels et reproductifs et sur le rôle des mouvements de femmes. Elle est titulaire de masters en affaires internationales et en études du développement de l'université de Columbia et de l'Institut d'études politiques de Paris. Lauren siège au conseil exécutif d'Oxfam International et au conseil d'administration de la Coalition humanitaire.

Gurvinder Singh

Gurvinder travaille pour la Croix-Rouge canadienne à titre de conseiller principal en protection et de conseiller principal en protection de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) à titre de conseiller principal en protection de l’enfance. Il travaille pour la Croix-Rouge depuis 20 ans. Dans le cadre de son rôle au sein de la Croix-Rouge canadienne, il est le chef de file technique de la prévention de l’exploitation et des abus sexuels. Il lutte contre l’exploitation et les abus sexuels commis par le personnel humanitaire depuis 2005. Il a dirigé le premier examen mondial de la LEFP pour la FICR, a aidé à diriger l’élaboration de la stratégie de la FICR contre la LEFP et a contribué à l’élaboration de nombreuses politiques, outils de formation et méthodologies de suivi. Gurvinder est basé à Surrey, en Colombie-Britannique. Il est titulaire d’une maîtrise en sécurité humaine et en consolidation de la paix à l’Université Royal Roads. Il est titulaire d'un baccalauréat de géographie sociale à l’Université Simon Fraser.

Digna
Copy link
Powered by Social Snap